Bilan lectures – Avril 2020 –

Bonjour,

Je vous retrouve pour mon bilan lectures du mois d’avril. Bizarrement ce fut un petit mois avec seulement 3 lectures, et pas de coup de coeur.

C’est parti.

Le Hussard noir de Marie Pellan et William Lafleur

Thomas Debord est un professeur de lettres en ZEP passionné par son métier. Lassé par un gouvernement qui détricote l’éducation, frustré par l’absence de prise en compte des manifestations et grèves successives, il décide de s’engager dans une voie plus violente.
Un matin, il prend une de ses classes en otage, afin de mettre en lumière des dysfonctionnements qui n’intéressent habituellement que de très loin les médias. Pris au piège de l’emballement médiatique et de la cacophonie des réseaux sociaux, enfermé avec ses élèves, Thomas Debord va tenter de faire entendre sa voix.

William Lafleur s’est rendu célèbre sur les réseaux sociaux avec son avatar de Monsieur Le Prof. Marie Pellan est professeur de lettres en ZEP.

Alors, il faut savoir que Monsieur Le Prof ne nous a pas du tout habitué à ce style de roman auparavant…. mais j’étais curieuse de lire ce roman qui se présente comme un thriller.

Thomas Debord va prendre une de ses classes en otage. Pourquoi ce professeur en arrive-t-il à faire  un tel geste? Il veut tout simplement faire entendre sa voix et mettre en lumière les dysfonctionnements de l’éducation nationale.

Etant du métier,ce roman avait de quoi vendre du rêve pour moi… Mais j’ai été plutôt déçue par le coté trop politique de ce roman. Vous allez me dire que c’était l’intention des auteurs mais ce n’était pas ce à quoi je m’attendais.
On se retrouve avec une critique un peu poussif du système éducatif. J’adore mon métier mais je ne m’y suis pas retrouvée.
Au niveau de l’histoire, ça a vraiment du mal à décoller à mon sens, on s’ennuie. Vraiment pas un livre qui nous tient en haleine…
Enfin, l’idée d’insérer différents médias et narrateurs est sympa mais ici, la sauce ne prend pas non plus, trop réaliste peut-être….
Je m’attendais en fait à plus de profondeur, plus de dialogue avec les élèves. On sent qu’ici, ça ne va que dans un sens. En vérité, j’aurais préféré qu’un gamin prennent en otage sa classe pour revendiquer, lui, ses idées plutôt que celle d’un prof qui n’est pas vraiment attachant finalement.
Bref, partant d’une bonne intention, ce roman n’est vraiment pas une réussite pour moi. 

La Fable du monde de Jules Supervielle

Un bail que je n’avais pas lu de recueil poétique, et puis ce vieux bouquin qui traînait dans ma bibliothèque m’a fait de l’oeil, surtout que je n’ai jamais réellement lu attentivement du Supervielle.

« La Fable du monde » c’est le récit de la création du monde, des animaux, de l’arbre, de l’homme…
Tour à tour dans la peau de chacun, intérieur, extérieur, détail et grand évènement, le poète nous raconte l’apparition de la vie toute entière. 

Je n’ai pas du tout été touchée par cette poésie…. je dirais même que je me suis retrouvée hermétique en lisant ces poèmes. Je n’ai pas saisi toute la beauté des textes; mes sens et émotions n’ont pas été en émoi du tout. La poésie, on le sait, c’est un genre particulier où un lien assez indéfinissable se crée avec chaque lecteur qui arrive à interpréter et à être réceptif aux mots et au style du poète… ou pas. Bref, je n’ai pas aimé, je n’ai ni compris ni ressenti grand chose, next.

Viral de Virgile Durand

Et si un virus inconnu surgissait à Paris ? Et si une épidémie sans précédent paralysait la ville ? Et si la capitale était mise en quarantaine ?

Printemps, Singapour,. Une étrange grippe fait ses premières victimes.

Automne, Paris. Le virus a muté et l’épidémie se propage. La ville est fermée.

Jeanne, jeune femme fantaisiste et mannequin par hasard, se retrouve catapultée au coeur de la crise. Dans l’oeil du cyclone se mêlent séduction et fascination, jeux de pouvoir et résistances, ambition et compromissions. Durant plusieurs mois, les Parisiens en état de siège devront coexister avec la maladie et la quarantaine. Mais une question se pose : jusqu’où peut-on aller par temps de pandémie ?

J’ai voulu lire un livre clin d’oeil à la situation sanitaire du moment, vous vous doutez… Allons droit au but : je n’ai pas vraiment aimé…. L’écriture et le style sont assez plats. L’intrigue n’est pas du tout prenante, il ne se passe rien à mon sens… alors qu’il me semble qu’il y a de quoi faire vu le sujet traité… Les personnages ne sont pas attachants non plus. Je continue ? Un flop en résumé.

Comme vous l’avez compris, ce fut le mois des « flops »…. En espérant que le joli mois de mai contrecarre un peu tout ça.

Qu’avez-vous lu au mois d’avril?

A bientôt.

Fanny

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s