Bilan lectures et acquisitions livresques – Mars 2018 –

Bonjour,

 

Je vous retrouve pour le bilan mensuel de mes lectures et au passage je vous parlerai de mes acquisitions du mois aussi.

En mars, j’ai lu 5 livres, bonne moyenne à mon goût.

IMG_1314

***

 

Le Secret du mari de Liane Moriarty

IMG_1317

Depuis le temps que j’entendais et voyais circuler ce livre autour de moi, il me tardais de le lire dès que je l’ai eu dans ma PAL.

Ce roman polyphonique nous plonge dans un quartier américain à la Desperate Housewives pour suivre le quotidien de plusieurs voisins et familles de notre époque. L’intrigue s’articule autour du personnage de Cecilia qui trouve un jour une lettre dans le grenier, lettre qu’elle n’aurait jamais dû trouver… Sur l’enveloppe jaunie, quelques mots de la main de son mari : « A n’ouvrir qu’après ma mort. » Quelle décision prendre ? Respecter le voeu de John-Paul, qui est bien vivant ? Ou céder à la curiosité au risque de voir basculer sa vie ? Seulement certains secrets peuvent être réellement dévastateurs…

On voit de suite le rapport au titre et on comprend bien que la pauvre Cécilia a bel et bien lu la fameuse lettre…. et découvre un terrible secret concernant John-Paul. La révélation du contenu de la lettre tarde un peu à mon goût mais il était nécessaire de mettre en place le cadre et de brosser un peu les portraits, passés et relations entre tous les personnages du quartier, car bien évidemment, ce secret lie tout ce petit monde en quelque sorte… Du coup, cela nous tient bien en haleine puisque Cécilia lit la lettre à environ la moitié du roman.

Personnellement, je n’avais pas du tout deviné « le secret », pourtant assez évident avec du recul me semble-t-il… mais finalement, c’est une bonne chose car cela a eu tout son effet sur moi ! Wahou… le séisme…. La suite du roman aborde la nouvelle vie de Cécilia et John-Paul, une vie où ce secret reste omniprésent…. où les doutes, peurs et interrogations ne cessent chaque jour… Faut-il révéler ce secret ? Décharger sa conscience ? Se taire et préserver sa famille ? Partir, recommencer une nouvelle vie ? Cécilia devient une femme torturée jusqu’au bout du livre. Les rapports avec les autres personnages s’éclairent d’un coup, le lien est fait, le lecteur est happé par l’histoire et se demande ce qu’il en adviendra de ce fameux secret à la fin du roman…

Sans vous spoiler, vous vous doutez bien que ce secret ne pouvait pas ne pas causer de dégâts, de dommages collatéraux parmi les personnages de l’histoire. Je ne vous en dis pas plus mais j’ai trouvé ce roman dur, très dur…. Il m’a captivé et la fin est tellement poignante… Quand j’ai refermé le lire, j’étais encore un peu sous le choc… car même si le secret pouvait être prévisible, le dénouement, en aucune façon selon moi.

Voici donc un thriller psychologique que je recommande vivement.

 

30 ans (10 ans de thérapie), Journal d’une éternelle insatisfaite de Nora Hamzawi

IMG_1316

Dans un tout autre registre (il faut dire qu’après Le Secret du mari, j’en ai eu besoin), ce petit roman/journal fut une lecture fort agréable !

Obsessionnelle, parano et hypocondriaque, Nora Hamzawi partage ses petites angoisses ordinaires avec humour et autodérision. A mi-chemin entres séances chez le psy et journal intime, elle décortique des scènes de nos vies pour mieux y trouver sa place. Comment fait-on pour avoir l’air à l’aise en soirée ? Qui sont ces gens qui fréquentent les stations de skis ? Y a-t-il un âge pour arrêter de regarder « La Boum » ? Pourquoi est-ce qu’on est obligé de se tutoyer dans les magasins bio?

Ce livre est génial et hilarant ! Je me suis bidonnée juqu’aux larmes très souvent. Cette lecture m’a fait un bien fou. Nora a beaucoup de talent pour parler des petits détails du quotidien sous le filtre de l’humour, ce n’est pas donné à tout le monde. Son livre pourrait très bien être adapté en One woman show ! C’est d’ailleurs ce qu’elle doit faire je pense puisqu’elle se produit souvent sur scène. Son regard sur le monde, a perception des situations, son désarroi, amusé et sensible, révèlent l’absurdité et la folie du quotidien. Nora devient un personnage très attachant au fil des pages, comme une bonne copine qui te ressemble parfois tellement. J’ai retrouvé mon quotidien dans certains passages. Nora n’a pas peur du ridule, elle aborde même quelques sujets crus ou tabous, habillement rédigé. Sa plume est simple, son langage familier et qui frôle régulièrement l’oralité est tout à fait en adéquation avec le genre d’ouvrage qu’elle a voulu créer.

Bref, c’est une pépite de bonne humeur que je vous conseille vivement.

 

Le Mal des ardents de Frédéric Aribit

IMG_1319

J’avais reçu ce livre grâce à Collibris lors d’un concours littéraire où j’avais fini quatrième au mois d’octobre. C’est une totale découverte, je ne connaissais absolument pas, pas même l’auteur (qui au passage est professeur de lettres).

Elle est violoncelliste, elle peint, fait de la photo. Elle s’appelle Lou. Lorsqu’il tombe sur elle, par hasard, à Paris, c’est sa vie entière de prof de lettres désenchanté qui bascule, et, subjugué par ses errances, ses fulgurances, il se lance à la poursuite de ce qu’elle incarne. Mais le merveilleux devient inquiétant car Lou ne dort plus, se gratte beaucoup et semble en proie à de brusques accès de folie. Un soir, prise de convulsions terribles, elle est conduite à l’hôpital…. Le diagnostic, sidérant, mène à la boulangerie où Lou achète son pain… Quel est donc ce mystérieux « mal des ardents » qu’on croyait disparu ?

Une lecture « ovni » par rapport à ce que j’ai l’habitude de lire… Ceci dit je suis contente de l’avoir découverte. J’ai quand même eu du mal avec le style, qui m’a semblé assez complexe même si très poétique, surtout au niveau du vocabulaire. L’intrigue est atypique, on y découvre le fameux « mal des ardents », un mal qui a bel et bien existé… La relation entre Lou et le héros est passionnelle, décalée, fiévreuse. Lou redonne en quelque sorte vie à notre jeune amant et ce livre s’avère un bel hommage à la femme artiste consumée par un feu sacré.

 

Un Livre, un arbre et des emmerdes de Julien Simonet

IMG_1320

Un titre qui attire, ma foi.

Axel Leyrat, un trentenaire en quête de sens, a démissionné d’une multinationale pour réaliser son rêve : écrire un roman. C’est alors que sa femme Natacha, une executive woman, le quitte et lui annonce qu’elle va s’installer à New York avec leur fils Igor. Sans ressource, Axel n’a qu’une option pour convaincre le juge de lui attribuer la garde de son fils : son roman doit devenir un best-seller en un temps record ! Prêt à tout pour y parvenir, Axel emménage dans l’immeuble de Juliette Lefort, une éditrice en vogue…

Quelle lecture agréable et attendrissante ! J’ai adoré. L’intrigue est jalonnée de rebondissements un peu inattendus qui nous plonge dans la vie trépidante de deux personnages hauts en couleur, mais qui nous fait aussi découvrir les travers du monde cruel de l’édition. Le personnage d’Axel m’a beaucoup touché. L’histoire de la création de son livre est notamment très émouvante. Le personnage de Juliette évolue énormément au fil des pages, jusqu’à devenir une femme sans compromis qui elle aussi ne vise qu’à accomplir un but bien précis. La fin est assez originale, voire décalée… mais est toutefois satisfaisante.

 

L’Oiseau d’Amérique de Walter Tevis

IMG_1318

Je suis revenue à la SF, ça faisait longtemps.

Au XXVème siècle, l’humanité s’éteint doucement, abreuvée de tranquillisants prescrits en masse par les robots qu’elle a elle-même programmés à cette fin. Le monde repose désormais sur les épaules de Robert Spofforth, l’androïde le plus perfectionné jamais conçu, qui possède des facultés inouïes, sauf celle de se suicider, à son plus grand regret. Paul Bentley, petit fonctionnaire sans importance, découvre dans les vestiges d’une bibliothèque l’émerveillement de la lecture, depuis longtemps bannie, dont il partagera les joies avec Mary Lou, la jolie rebelle qui refuse ce monde mécanisé.

La résumé m’avait plus qu’emballée, la comparaison souvent faite dans les critiques avec Fahrenheit 451 ou encore Le Meilleur des mondes m’avait convaincue et même pressée de lire ce roman. J’avais beaucoup d’attentes quant à cette histoire, et j’ai été assez déçue car ce n’est pas du tout ce à quoi je m’attendais….

Mais avec le recul de quelques jours une fois l’ouvrage achevé, je dois dire que je me suis tout de même laissée emportée par l’histoire et je suis bien contente de l’avoir lu, il le mérite amplement. Je pensais que le robot Spofforth y prendrait une place prépondérante et finalement, c’est plus le personnage de Paul Bentley qui me semble au coeur de l’intrigue. On suit son parcours et son évolution avec minutie grâce à son journal intime. La force de ce roman réside aussi dans la polyphonie, puisque Spofforth ainsi que Mary Lou livreront aussi des bribes de leur journal.

C’est un roman qui, je l’avoue, pose un peu les mêmes questions que Fahrenheit 451 ou Le Meilleur des mondes : L’amour redécouvert à travers la lecture ? Un robot capable d’aimer, de souffrir ? Tels semble être les derniers espoirs de l’humanité.

Le titre et la première de couverture de ce roman sont une perle je trouve, et s’éclaire d’autant plus quand on lit les dernières pages.

 

Magazine Flow

IMG_1315

Je ne pouvais pas exclure le Magazine Flow de mes lectures du mois puisque c’est le seul magazine que je lis en entier avec grand bonheur, tant j’y découvre et apprends de belles choses chaque mois. Si tu ne connais pas, il s’agit d’une revue très inspirante qui cause bien être, développement personnel, créativité…. Bref, tout ce que j’aime. Essaie, tu verras !

 

J’en termine ici avec mon bilan lectures du mois de mars.

Qu’as-tu lu de beau en mars de ton côté ?

 

***

 

Je te montre rapidement mes acquisitions livresques du mois pour finir cet article. J’ai acheté 2 livres sur Amazon. J’ai donc été assez raisonnable ce mois-ci.

  • Roméo sans Juliette de Jean-Paul Nozière : J’ai découvert ce roman en travaillant mon MOOC sur la littérature jeunesse.
  • La Fille qui lisait dans le métro de Christine Féret-Fleury : Au gré des posts Instagram, j’ai fait cette belle découverte. En plus, cette auteur est en dédicace cette semaine dans la médiathèque de ma ville donc c’est juste parfait !

IMG_1225

 

J’avais également reçu la Mille et Un Livres Box au début du mois qui contenait 2 livres :

  • Les Ombres de Julia, 1. La Fille de la noyée de Catherine Egan
  • Fabuleux nectar de Vincent Portugal

Mon article à ce sujet est LA !

 

NB : J’ai prévu de revenir régulièrement à la médiathèque pour y faire des emprunts car quand je vois ma wish list longue comme le bras, que dis-je les jambes, et que je lorgne mon compte en banque… Je vois bien que je ne vais pas pouvoir suivre lol !

 

Bonne lectures !

A bientôt.

 

Fanny

 

2 réflexions sur “Bilan lectures et acquisitions livresques – Mars 2018 –

  1. Merci pour ce partage, de belles acquisitions à ce que je vois, je lirai bientôt je pense « Le secret du mari » qui a l’air super d’après ce que tu en dis
    Bonne journée à toi, repose toi bien et grosses bises.
    Tantou

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s